Les vins de Frédéric Brochet en Belgique

Publié le par Bleuzé Wines

Depuis peu, Bleuzé Wines représente en Belgique les vins de Frédéric Brochet. Une présentation de ces vins à Roosdaal a permis à la presse de faire mieux connaissance avec l'homme et avec les produits.

Frédéric est un homme aux multiples facettes; normalien, docteur en œnologie, vigneron, il est aussi conférencier et directeur de la division vins & spiritueux chez Fauchon, à Paris.

 

A Marigny-Brizay, dans le Poitou profond, il a entrepris de rendre à un vieux terroir viticole ses lettres de noblesse, et en culture biologique. Le domaine compte 25 ha en propre, mais Brochet en exploite 75 ha et en vendange 120.


Sa gamme s’articule entre trois grandes lignes: Brochet (les vins d’auteur), Marigny Neuf (des vins premium, pour reprendre la terminologie australienne familière à Frédéric qui a fait son stage d’œnologue au pays des kangourous), et Ampelidea, les grands vins. Trois gammes auxquelles il convient d’ajouter un effervescent (Chardonnay-Folle Blanche, ce n’est pas si courant), Armance B. En voici une sélection non exhaustive : ici, il n’y a pas vraiment  de petits vins.

-Marigny neuf sauvignon 2009 (AB)
Un vin issu de vignes jeunes de  trois terroirs, et qui se veut l’illustration du cépage. Au nez, du miel, du kiwi, des fruits exotique ; la bouche est plus florale, fringante et pointue. En finale, les fruits reviennent, bien mûrs – on songe un instant à un albariño. Très belle bouteille. Et Brochet en produit 200.000 par an… A noter le capsulage à vis, pour la facilité

IMG_0137.JPG

Marigny-Neuf Sauvignon

 

-Brochet Pointe de Doux
Voici un sauvignon bien gras, bien mûr. On est plus dans la compote (ananas, mangue, goyave) que dans le végétal. Le vin n’a pas fait de malo, mais il a subi un débourbage intense qui lui laisse cette "pointe de doux" chère aux anciens, et qui lui donne son nom. Et il reste bien désaltérant malgré sa richesse.

-Ampelidae «Le S» 2006 (Sauvignon)
Miel d’acacia, notes fumées au nez, truffe et asperge au nez ; en bouche, on part sur le confit, les fleurs blanches, la frangipane ; remarquable équilibre entre le gras et la fraîcheur en finale. Le bois n’apporte que de la rondeur, il ne matraque pas le vin. Les raisins sont issus des terroirs les plus ensoleillés ; les vignes sont effeuillées. Au chais, macération, égouttage, débourbage, l’élevage se fait moitié en cuve moitié en fût.

-Ampelidae « PN 1328 » millésime 2008 (Pinot Noir)
Fumée, fruit cuit, prune, cerise mûre, extraction assez poussée (les raisins ont été millerandés à raison d’un tiers). Equilibré. Brochet diminue chaque année la part de fût neuf pour que le bois se fonde mais ne domine pas. C’est déjà sur la bonne voie.

-Ampelidae «Le K» 2005
Cabernet franc, cabernet sauvignon et un peu de merlot
Beaucoup de fruit, mûre, cassis ; en bouche, des notes de pruneau, de résine, un bel équilibre rondeur et tannins. La finale évoque le fruit noir et l’âtre.

Plus d’info : http://www.ampelidae.com/

Commenter cet article