Masterclass Mansard

Publié le par Bleuzé Wines

Le lundi 16 avril dernier, Madame Michèle Boccoz, Ambassadeur de France en Belgique, nous recevait dans les salons de l’Ambassade pour la première Master Class de l’année, consacrée aux Champagne Mansard et Paul Louis Martin.
Après le discours de bienvenue de S.E. l’Ambassadeur, ce fut au tour de Vincent Rapeneau, directeur export de la Maison Mansard, de prendre la parole pour expliquer à un auditoire attentif toutes les subtilités aromatiques et techniques des Champagnes présentés. Le jeu des questions/réponses a encore précisé les détails d’assemblages et de dosages, ou encore les circuits commerciaux des différentes cuvées.
Le tout, agrémenté par la dégustation de toutes les cuvées disponibles chez Bleuzé Wines. 

 

SAM_0919.JPG 

SAM_0921.JPG

SAM_0929.JPG

Quelques photos de la Masterclass

 

 

Après le Mansard Brut sans année dégusté en apéritif, les convives ont pu apprécier les accords de quatre autres cuvées sur les buffets froids et chauds… à l’image de ce qui se passe sur place en Champagne, où l’effervescente boisson accompagne le repas de l’entrée aux fromages, voire jusqu’au dessert.

Deux exemples de mariages particulièrement réussis: 
- Le Champagne Paul Louis Martin Brut rosé s’est révélé un véritable vin de repas. Il a fait merveille en accompagnant la Crêpe farcie au saumon fumé et ciboulette, tartare de légumes perlé d’œufs de truite et évite l’écueil du poisson gras, tel le saumon fumé ou pas, le thon, le maquereau, qui bien souvent donne un goût métallique avec un vin blanc. Quant aux œufs de truite, ils sont tout aussi gras et font meilleur ménage avec un Champagne rosé.

- Le Champagne Tradition de Mansard Brut Grande Cuvée s’est très bien accommodé de l’aile de pintadeau au cidre fermier, pommes, raisins, amandes caramélisées - un plat qui réclame du sérieux, du vineux, avec juste ce qu’il faut d’épices pour relever sa chair confite dans le cidre et dépasser cette ambiance de pomme dans laquelle on a voulu l’enfermer.

Quant aux desserts très variés, chacun a pu faire son choix et jouer à l’accord le plus subtile ou le plus parfait… le tout dans une ambiance décontractée où la bonne humeur n’a connu aucun heurt.

Commenter cet article