Fouassier, une rencontre à Angers

Publié le par Bleuzé Wines

La période qui s’étale de mi-janvier à mi-février est féconde en salons de vins. Le dernier en date, celui des Vins de Loire, nous intéresse au plus haut point. En effet, un de nos fournisseurs y tenait stand.

La famille Fouassier, puisque c'est d'elle qu'il s'agit, est une des plus vieilles du Sancerrois. A Angers, elle déroulait sa gamme et démontrait, dégustations à l’appui, les expressions "terroir" de ses vins.

 

Salon-des-Vins-de-Loire-2011-040.jpg

Les Vallons


Sancerre "Les Vallons" 2009


La robe est dorée verte, le nez délicatement floral se poivre sur le bord des pétales, corole odorante au parfum particulier de camomille nuancé de la douceur mellifère du genêt. La fraîche aubépine vient enrichir le bouquet. Fraîcheur qui s’installe d’ailleurs dès la première gorgée. Elle prépare le terrain lingual à recevoir les subtiles notes senties, y ajoute une pincée épicée de cumin, à la saveur légèrement amère, amertume délicate qui renforce l’équilibre. Un vin déjà prêt à boire, bien installé dans son équilibre.

«On peut parler de vin de terroir, je n’emploie pas de produits chimiques, les vinifications se font la plus naturellement possible avec les levures indigènes, celles du commerce nivellent le vin et le rendent standard.» nous confie Benoit Fouassier et il ajoute «Les Vallons sont une succession de petits monticules qui offrent leur pentes aux vignes, un vignoble aux diverses expositions qui vont de l’ouest à l’est, cela aussi renforce la complexité, la fraîcheur et la structure. Et laisse ce 2009 frais et bien équilibré malgré la chaleur de l’été.»

 

Salon-des-Vins-de-Loire-2011-036.jpg

Benoît Fouassier à la manoeuvre

En primeur, Les Vallons 2010: jaune pâle,  le nez très fin adopte les parfums d’amandes grillées qui mêlés de fleurs blanches et de poire semblent nous offrir un dessert en forme de frangipane et de biscuits légèrement beurrés. En bouche, la fraîcheur se développe délicate sur une suite florale et fruité, acidulée de citron et de rhubarbe, une série qui surprend les papilles par leur subtilité.

Un autre 2010, le Quincy de Fouassier reflétait ses accents de pierre à fusil dans le vert d’eau pâle de la robe. L’ortie goûtée semblait piquer la langue, rendue sensible, elle n’en a que mieux ressentit la fraîcheur agréable des agrumes et de la rhubarbe confite.

Enfin, le Menetou Salon 2009 jaune doré comme le soleil de cet été, apparait minéral, avec une impression de calcaire concassé assez prononcée, assise cristalline qui reçoit la suavité des fruits secs et confits où trônent la noisette, l’abricot sec et la poire tatin, le tout bien tendu par une fraîcheur de bon aloi.

Jim Budd, journaliste anglais à Decanter, dégustait avec nous, ses louanges sur la jolie gamme Fouassier nous ont conforté dans la belle opinion que nous avons de ce domaine. 

C’est toujours un plaisir  de rencontrer un producteur passionné.

Commenter cet article